+(33) 3 20 04 03 69 contact@aoravoyages.fr Espace client

ALSACE : Parcours énergétique & pèlerinage sur les hauteurs des Vosges

(0 Avis)
Prix
Prix
Votre nom et prénom*
Votre adresse email*
Votre demande*
Enregister comme souhait

Ajouter comme souhait nécessite un compte client

3653

Vous avez une question ?

N’hésitez pas à nous contacter, nous serons heureux de vous renseigner.

+(33) 3 20 04 03 69

contact@aoravoyages.fr

Inscription Newsletter

    You Tube
    Découvrez la chaîne
    Aora Voyages

    Faites découvrir ce voyage

    06 jours / 05 nuits
    Dates flexibles
    Transport en option
    Thannenkirch
    Participants minimum : 30
      Parcours énergétique & pèlerinage sur les hauteurs des Vosges

    L’Alsace est un lieu chargé de mystères et de sites exceptionnels. Cette région recense un grand nombre de hauts lieux énergétiques dont le mont Sainte-Odile, un des sites les plus vibratoires d’Europe.

    Visiter l’Alsace c’est aussi allier nature et culture. C’est s’émouvoir de la force de ses traditions, et de son total dépaysement. En Alsace, nul besoin de choisir entre la nature et la culture, on peut y découvrir les deux presque simultanément.

    La marche sera au coeur de ce voyage. Car elle rappelle la vocation naturelle de l’homme au mouvement. Un pas, l’un devant l’autre, il se met en route, il va, il avance. Elle participe d’un éveil sensoriel au monde (les odeurs, les bruits, la lumière, les couleurs) et d’un retour à l’essentiel qui permet de se désencombrer, de s’alléger des surcharges inutiles et de reprendre son souffle. Si le marcheur s’associe volontiers à d’autres dans sa découverte du monde, le pèlerin est souvent solitaire, en quête de silence, de contemplation et de communion. Ainsi Ignace de Loyola qui avait choisi de s’appeler « le pèlerin » préférait voyager seul et à pied, pour « marcher humblement avec son Dieu ».

    « La marche est une échappée belle loin des routines de pensée ou d’existence, et même de celles de l’inquiétude ou de la tristesse. Elle est une suspension des contraintes d’identité et du poids qui les accompagnent. Elle est d’abord l’évidence du monde, elle s’inscrit dans le fil des mouvements du quotidien comme un acte naturel et transparent, elle prolonge le corps vers son environnement, sans effort, et immerge l’homme dans le monde comme dans un univers familier et nécessaire. La marche est une ouverture au monde qui invite à l’humilité et à la saisie avide de l’instant. En mettant le corps au centre sur un mode actif, elle rétablit l’homme dans une existence qui lui échappe souvent dans les conditions sociales et culturelles qui sont aujourd’hui les nôtres. 

    Le recours à la forêt, à la montagne, aux sentiers est un chemin de traverse pour reprendre son souffle, affûter ses sens, renouveler sa curiosité et connaître des moments d’exception bien éloignés des routines du quotidien. Si l’on se donne aux lieux, ils se donnent également, et avec prodigalité. Bien entendu le marcheur ne voit que ce qui était déjà en lui, mais il lui fallait ces conditions de disponibilité pour ouvrir les yeux et accéder à d’autres couches du réel.

    La marche est ce moment où la présence au monde redevient une forme de spiritualité. Elle conjure la séparation entre l’homme et le monde, et lui donne le sentiment d’appartenir enfin aux éléments, d’être porté par la force intérieure, nourrie de cette alliance. Chaque espace d’une forêt, d’un fleuve, d’une vallée, d’une montagne, d’une rivière est sous l’empire du génie des lieux. En entrant dans son domaine, le marcheur est saisi d’une émotion particulière. Les lieux ne sont pas neutres, encore moins vides : une force magnétique les traverse. Cette beauté force à lever les yeux et à reprendre son souffle en se demandant par quelle chance on se tient là aujourd’hui. Un parcours n’est pas seulement une rencontre avec les autres, mais d’abord une géographie intime où la confrontation à soi est permanente. » David Le Breton

    « L’homme voyage souvent très loin du lieu où il vit alors qu’il ignore les lieux magiques et vibratoires de sa région et de son pays. » Adolphe Landspurg

    Ce voyage au cœur des merveilles alsaciennes vous emmènera ainsi sur des lieux sacrés riches d’une énergie particulière, émoustillera vos papilles par la richesse de ses saveurs, et vous émerveillera sans aucun doute par ses sites naturels vosgiens exceptionnels.

    Programme

    Jour 1 :THANNENKIRCH & ALENTOURS

    Vous arrivez dans votre lieu d’hébergement pour 3 nuits, des cabanes dans les arbres dans un cadre unique et authentique, pour un ressourcement total. Nichées en plein cœur d’une forêt, ces cabanes sont une véritable ode à la nature, où l’on apprend à se déconnecter du temps et à profiter de chaque moment précieux.

    Ce lieu ravira les amoureux d’un tourisme vert & doux, ou les passionnés de randonnée (GR5 à proximité)… Avec la vue imprenable du Haut-Koenigsbourg, et la présence des sentiers, et des forêts avoisinantes, en totale osmose avec le milieu végétal…

    Pour cette première après-midi en Alsace, nous vous avons concocté une petite liste de visites à explorer :

    Château du Haut-Koenigsbourg, une forteresse érigée en pleine forêt sur un éperon rocheux. Construit au XIIe siècle, le château domine la plaine d’Alsace à plus de 700 mètres d’altitude. Détruit lors de la Guerre de Trente Ans, il est restauré de 1900 à 1908 par l’empereur allemand Guillaume II. Ce fleuron de l’architecture médiévale offre une vue imprenable sur la plaine d’Alsace, les Vosges et la Forêt-Noire, avec au loin et par temps clair, les Alpes.

    La ville de Kaysersberg : Avec ses nombreuses maisons à colombages, son beau centre historique et son château impérial (Kaysersberg signifie « la montagne de l’Empereur ») en ruine dominant la ville, possède un charme fou. Il est, de ce fait, une étape incontournable en Alsace.

    La ville de Colmar, la « Petite Venise » : levez la tête pour voir les nids de cigogne sur les cheminées, et le nez en l’air, admirez les nuées colorées de géraniums envahir les encadrements de fenêtres des traditionnelles maisons à colombages… Le quartier de Krutenau est le plus typique. Ville d’art et d’histoire dont le passé remonte au début du XIIIème siècle, la cité prend son essor vers 1850 grâce au développement de l’industrie textile. Sublime, le musée d’Unterlinden doit son renom au fameux retable d’Issenheim, œuvre de Grunewald présentée dans le merveilleux cloitre gothique de la chapelle d’un ancien couvent dominicain.

    La gastronomie du terroir alsacien est à déguster sans modération : le bretzel, la flammekueche (sorte de tarte flambée salée), le fois-gras et la charcuterie de Strasbourg, la choucroute, pain d’épices de Guertwiller, le bouton de rose de Saverne, le bredele (gâteau traditionnel de Noël)… Et du côté des spiritueux : le Gewurtztraminer, Klevener, Riesling, pinots gris et noirs, le kirsch…

    Retour dans votre cabane. Possibilité de demander un modelage bien-être par vos hôtes.

    Dîner sur place, avec des produits locaux, bio et de saison.

    Soirée et nuit dans votre cabane.

    Petite précision : votre hébergement étant écologique, vos hôtes ont opté pour des toilettes sèches. Le lieu dispose d’un espace commun accessible par une passerelle, afin de vous rendre à l’espace sanitaire comprenant des douches eau chaude & des toilettes aménagées au rez-de-chaussée de la maison familiale (composée également d’une cuisine équipée et d’un salon).

    Jour 2 :THANNENKIRCH - TAENNCHEL - SAINT-DIE-DES-VOSGES - LAC BLANC - THANNENKIRCH

    Petit-déjeuner (confitures faites maison ou artisanales). Vous pouvez également demander des panier-repas pour la journée à vos hôtes (sur demande).

    Vous prenez la route pour le site sacré de Taennchel pour une visite énergétique avec votre guide géobiologue.

    Le Massif du Taennchel est un des lieux les plus magiques du Haut-Rhin. Les géants, les titans et les fées semblent être venus jouer avec les rochers qui prennent des formes étranges. Ancienne montagne païenne aux dieux de pierre, il est célèbre pour ses rochers aux formes insolites. Vingt-sept d’entre eux ont été baptisé de noms mythiques ou poétiques tel que Pierre des Cordonniers, rocher des Géants, roche de la Petite Fée, rocher des Titans, source ou fontaine des Esprits, rocher des Reptiles, etc.

    Les particularités vibratoires du Taennchel en font un véritable centre initiatique. L’origine du nom « Taennchel » : « chêne » en apporte la confirmation. Le chêne, symbole de puissance et de force, nous place dans le contexte des forêts magiques peuplées de mages, de druides et d’adorateurs de pierres. Les Celtes montaient au Taennchel aux solstices, aux équinoxes et aux principales fêtes celtiques pour y vénérer leurs dieux Teutatès, Belenus, Taranis, Esus, Vosegus, Lug, Dagda et d’autres.

    Déjeuner pique-nique.

    Dans l’après-midi, nous vous proposons au choix :

    Le camp celtique de la Bure et sa Pierre d’Appel à Saint-Dié-des-Vosges. Classé au titre des monuments historiques en 1982, cet éperon barré a connu l’occupation humaine entre le IIème siècle avant J.C. et le IVème siècle après J.C. Situé en territoire Leuque, on sait que les Celtes y menaient de nombreuses activités telles que l’artisanat, l’agriculture, mais la Bure était également un lieu de culte des Dieux Jupiter et Mercure par exemples. Il existe tout un circuit de quelques kilomètres afin de découvrir les différents sites.

    Après-midi contemplative au bord du lac Blanc à Orbey. Il tient son nom de la couleur du sable cristallin tapissant son fond. Situé à 1055 mètres d’altitude, il occupe un cirque glaciaire naturel, dans un cadre composé de rochers et de sapins. Véritable bijou des Vosges…

    Dîner dans votre hébergement, soirée, et nuit.

    Jour 3 :THANNENKIRCH - RIBEAUVILLE - HUNAWIHR & HAUT-RHIN - THANNENKIRCH

    Petit-déjeuner (confitures faites maison ou artisanales). Vous pouvez également demander des panier-repas pour la journée à vos hôtes (sur demande).

    Matinée randonnée depuis Ribeauvillé jusqu’au monastère de Notre-Dame de Dusenbach, haut lieu de pèlerinage depuis 1204, en passant par le prestigieux chemin de croix. Ce beau pèlerinage a pour origine la construction, en 1221, par Egelolphe de Ribeaupierre, de retour de croisade, d’une chapelle en l’honneur de la Vierge, afin de remercier Dieu de la protection qu’il lui avait accordée. Possibilité de visiter la chapelle et l’église en toute saison.

    Déjeuner libre à Ribeauvillé.

    Située sur la Route des Vins, entre vignoble et montagne, Ribeauvillé est une charmante cité qui a su valoriser son patrimoine historique. Au Moyen-âge, la cité était le siège de la Seigneurie de la famille des Ribeaupierre (d’où le nom de la ville de Ribeauvillé). Les Ribeaupierre firent construire 3 châteaux forts, dont les ruines dominent encore aujourd’hui majestueusement la cité et les collines environnantes. Tous trois sont accessibles par un sentier de randonnée, à flanc de montagne : le château st Ulrich, (le plus ancien et le plus important des 3 châteaux), le château Girsberg, et le château du Haut-Ribeaupierre. De ses fortifications médiévales, la ville conserve encore aujourd’hui une partie de son mur de remparts et certaines de ses tours défensives, dont la « Tour des Bouchers » (du 13ème siècle, reconstruite au 18ème siècle), qui doit son nom à la corporation des Bouchers (chargée, en cas d’attaque de défendre la ville à partir de cette tour).

    Nombreux sont les édifices qui méritent le détour :

    – Hôtel de ville (18ème siècle) et sa prestigieuse collection de Hanaps en argent (coupes à boire) qui furent donnés à la ville par les comtes de Ribeaupierre,
    – La Tour des Bouchers (13ème siècle)
    – L’ancienne halle aux blés, ancien lieu de stockage,
    – La maison des ménétriers (maison qui possède un décor unique en façade datant de 1683) etc. …

    En milieu d’après-midi, vous prenez la route pour Hunawihr, pour une balade dans les vignes, la visite d’une cave ainsi qu’une dégustation du fameux vin alsacien.

    Fin de journée libre.

    Dîner dans votre hébergement, soirée, et nuit.

    Jour 4 :THANNENKIRCH - MONT SAINT-ODILE

    Petit-déjeuner (confitures faites maison ou artisanales). Vous pouvez également demander des panier-repas pour la journée à vos hôtes (sur demande).

    Vous partez pour votre second haut lieu énergétique du séjour : le Mont Saint-Odile, ou « Mont Lumière ».

    Culminant à 764 mètres, cette montagne vosgienne est le centre de pèlerinage le plus important de l’est de la France. À l’époque celtique, la montagne où se situe l’actuel couvent s’appelle Altitona, la « montagne haute ». C’est un haut lieu de culte celte. Le lieu est imprégné de mystère et de magie, notamment autour du couvent du Mont Sainte-Odile, du nom de sa fondatrice. La jeune religieuse Odile, hérita du château de Hohenbourg qu’elle transforma en couvent. Très vite cet endroit devint un lieu de pèlerinage incontournable, réputé “miraculeux”, grâce à sa source magique soignant les personnes atteintes de maladies oculaires.

    Odile, fille d’Etichon (ou Adalric) duc d’Alsace, serait née aveugle. Rejetée par son père, elle fut cachée dans un monastère de Bourgogne et recouvra la vue le jour de son baptême. Son frère Hugues la ramena, mais quand Etichon voulut la marier à un jeune prince, elle s’échappa. Miraculeusement, un rocher s’ouvrit devant elle. Etichon céda et pour sa fille, fonda sur la montagne le couvent de Hohenbourg dont Odile sera la première abbesse.

    Vous retrouvez votre guide et entamez ensemble un circuit sur le Sanctuaire, à la découverte des lieux clés historiques :

    La Basilique, construite à la fin du XVIIème siècle, qui le 16 juin 2016 fût érigée en basilique mineure par le Pape Benoît XVI.

    La Chapelle de la Croix, partie la plus ancienne du Sanctuaire datant du Xème siècle.

    La Chapelle de Sainte-Odile, où se trouve le sarcophage du VIIIème siècle contenant les reliques de la Sainte.

    La Chapelle des Larmes, lieu où Odile aurait pleuré la mort de père et prié pour le salut de son âme, d’où sa dénomination : Chapelle des Larmes. Sous une grille, se trouve un emplacement creusé par les larmes d’Odile où était agenouillée la Sainte.

    La Chapelle des Anges, surplombant un rocher en saillie, elle a été construite au XIIème siècle à l’emplacement où du temps des Romains, dit-on, se trouvait une tour de surveillance.

    Les extérieurs du Sanctuaire regorgent eux également de nombreux éléments à découvrir et propose de nombreuses randonnées telle que :

    L’Ancienne Abbaye de Niedermunster, située à 511 mètres d’altitude, sur le ban de Saint-Nabor. Elle fut fondée par sainte Odile vers 700 pour l’accueil des pèlerins qui ne pouvaient pas accéder à celui du Hohenbourg (Mont Sainte-Odile).

    La Source Sainte Odile : lieu très connu des personnes découvrant la région. C’est en ce lieu que Sainte Odile se rendant à Niedermunster, rencontra un aveugle assoiffé. Frappant le rocher, elle fit jaillir une source, dont l’eau guérit l’infirme. Lors de
    leur passage, les visiteurs et pèlerins s’y lavent les yeux.

    Le Mur Païen : Autour du Sanctuaire consacré à la patronne de l’Alsace, s’étend un gigantesque rempart constitué de gros blocs de pierres, soigneusement taillées et assemblés. Disposé selon trois boucles adjacentes sur une longueur totale de dix kilomètres. L’enceinte sacrée, le « Mur païen » doit son nom au pape Léon IX, Alsacien du XIème siècle, qui avait de nombreuses attaches avec le couvent. Quels étaient ces bâtisseurs au savoir et à la maîtrise surprenants, pour nous laisser un tel legs architectural, de plusieurs millénaires, témoignage d’un passé hautement civilisé ? Nous avons pu constater que les blocs de pierre de l’énigmatique « Mur païen » du Mont Saint-Odile, formé à l’origine de 300 000 blocs de grès taillés tenus entre eux par environ un million de morceaux de bois taillés en double queue d’aronde, étaient polarisés comme les églises et les cathédrales. Les blocs de pierre regardant vers l’endroit où se trouve l’actuel couvent du Mont Saint-Odile avaient une polarité positive et ceux regardant vers l’extérieur de l’enceinte avaient une polarité négative, comme s’ils devaient repousser les intrus et les assaillants.

    Le Chemin de Croix et la Grotte de Lourdes, réalisés par le céramiste Léon Elchinger entre 1933 et 1935. Il orne les parois rocheuses du plateau du couvent.

    La Grotte des druides : Sur l’ensemble du plateau apparaissent de nombreuses roches qui ont été considérées par certains comme des lieux de culte ou des autels consacrés aux divinités, comme ce fut probablement pour ce fameux dolmen appelé grotte des Druides, avec ses trois blocs de pierres de grandes dimensions, assemblés en forme de table. A proximité, une galerie couverte semble rejoindre le Mur païen. Nous l’appelons « couloir dolménique », un terme mégalithique.

    Dîner au couvent du Mont Saint-Odile. Soirée et nuit.

    Jour 5 :MONT SAINT-ODILE - MASSIF DU DONON - CASCADE DU NIDECK - MONT SAINT-ODILE

    Petit-déjeuner au couvent.

    Vous partez pour le massif du Donon à Grandfontaine, à quelques kilomètres de là.

    Montagne sacrée des celtes culminant les Basses-Vosges (1009 mètres), l’histoire de son occupation humaine remonte au néolithique (IIIème millénaire av. J.-C.), elle se poursuit à l’époque celte puis gallo-romaine dont il reste de nombreux vestiges (temples et stèles). Certaines pratiques antiques (culte de pierres et des sources) ont pu s’être perpétuées par les populations médiévales et au-delà, en marge du christianisme. L’histoire humaine du Donon reprend avec le XIXème siècle romantique. La légende veut que Victor Hugo fut conçu en 1801 au sommet du Donon. Le temple actuel en l’honneur de Mercure fut édifié en 1869. Lieu stratégique, ce sommet a également été marqué lors de la Première Guerre Mondiale par la bataille du Donon en août 1914. Le sentier des stèles mémorielles sur le Petit Donon en garde le souvenir.

    Cette balade est émaillée de pierres druidiques et de temples gallo-romains dédiés à Mercure. Ce lieu privilégié offre un incomparable point de vue où l’histoire rencontre la légende. Empruntez le sentier de découverte archéologique, jalonné de dessins commentés…

    Déjeuner pique-nique au sommet.

    La journée se poursuit par la cascade du Nideck.

    Au détour d’un sentier de randonnée, à quelques pas des ruines du Château du Nideck, admirez cette cascade dans une ambiance sauvage et boisée. En été, la promenade est à la fois rafraîchissante et ombragée. En hiver, le lieu devient très romantique grâce au charme des chutes d’eau prises dans la glace. La cascade est accessible par un chemin de randonnée depuis la D218, en face de la maison forestière du Nideck.

    En fin de journée s’il vous reste du temps, nous vous conseillons également :

    Obernai, à proximité du Mont Saint-Odile. Sur la place du marché, le Kapellturm, beffroi de l’église de la Vierge domine la vieille vielle et la halle aux blés. Ne manquez pas le puits à six seaux, chef-d’œuvre de la culture Renaissance, avant de suivre le promenade des remparts.

    – Le joli village de Hohwald et sa cascade.

    Retour vers le couvent du Mont Saint-Odile pour votre dernière nuit. Dîner au couvent et nuit.

    Jour 6 :MONT SAINT-ODILE - SAVERNE

    Petit-déjeuner au couvent.

    Avant de prendre la route de votre retour, nous vous conseillons une escapade à Saverne pour y découvrir l’ancien lieu de cultes païens du Mont Saint-Michel.

    Ce site se compose de 3 points particulièrement attractifs : la chapelle Saint-Michel, le rond des Sorcières ou Hexenkreis (ancien lieu de culte à Mithra), la grotte des Fées ou des Sorcières ou Hexenhöle, concentrés dans une zone de quelques centaines de mètres. D’après la légende, les sorcières et leurs élèves étaient censés s’asseoir en rond dans la cupule pendant que celles qui étaient punies étaient enfermées dans la grotte. Le Mont Saint-Michel fût occupé d’après les rapports de fouilles dès le mésolithique ou 4000 ans avant notre ère. Avant d’être un lieu de pèlerinage, cette montagne a été un haut lieu de culte païen. Ainsi avant d’être un site dédié à l’archange Mickael (Saint Michel), il fût dédicacé bien avant l’ère chrétienne aux dieux dits solaires ; comme Lug ou Belen par les celtes, puis à Mercure et Apollon sous l’occupation romaine. Mais le nom d’origine du site est « HERTHENSTEIN » qui signifie « pierre dédiée à la déesse Hertha ». La déesse Hertha est issue de la mythologie germanique, elle est la déesse de la fertilité.

    L’accès se fait, à partir de Saint-Jean-Saverne, par une route forestière pentue goudronnée, globalement en état, et qui débouche sur la chapelle Saint-Michel.

    La ville de Saverne, deuxième roseraie de France, bénéficie d’un joli port de plaisance abritant des édifices remarquables dont le château des Rohan et l’ancien couvent des Ricollets.

    Déjeuner libre.

    Petit coup de cœur : A proximité, le château ruiné du Haut-Barr, surnommé « l’œil de l’Alsace » vous offre une vue magnifique sur toute la plaine d’Alsace, les Vosges, et en contrebas l’abbaye royale bénédictine de Marmoutier.

    Retour vers vos domicile et fin du voyage.

    Programme communiqué à titre informatif, non contractuel 

    Détails et tarifs

    Tarif variable selon la période et les options choisies. Nous consulter.

    Programme effectué le 21 juin 2021, sous réserve de disponibilités au moment de la réservation.

    Brochure assurance groupe (option assistance – rapatriement inclus dans le prix)

    Brochure assurance individuelle (en option) 

    Brochure protection sanitaire (en option) 

    Inscription

    Documents

    Vous pouvez désormais réserver et payer vos voyages directement en ligne. Vous y trouverez votre espace personnalisé. Nous restons à votre disposition pour vous aider dans les démarches d’inscription.

    N’oubliez de nous transmettre la copie de votre carte d’identité ou de votre passeport avant votre départ.

    Modalités de règlement

    • Paiement d’un acompte de 40 % par personne (non remboursable) à nous adresser lors de l’inscription + assurance éventuelle en totalité (non remboursable).
    • Solde à régler au plus tard 45 jours avant le départ sans rappel de notre part.

    Mode de règlement

    • Carte bancaire (en ligne directement)
    • Chèques à établir à l’ordre d’ACCESS ORGANISATION
    • Virements bancaires (envoi de notre RIB sur demande)
    • Espèces (dans la limite de 1 000 euros par dossier, 30 euros de frais si mandat postal)
    • Chèques-vacances ANCV (solde à plus de 60 jours du départ et 2.5 % de frais à ajouter)
    Photos
    Hébergements
    1 des voyageurs ont appréciés ce voyage / séjour !